Un guide pour le reste du monde laissez un commentaire



Robert Triggs / Android AuthorityLe phénomène de la « bulle verte » est de retour dans les gros titres, suite aux accusations selon lesquelles Apple exploite sa plate-forme iMessage pour exercer « la pression des pairs et l’intimidation comme moyen de vendre des produits ». Une affirmation audacieuse mais de plus en plus étayée, du moins en ce qui concerne les États-Unis. Comme beaucoup trop d’informations modernes, le récit est dicté par une tendance principalement américaine. Le reste du monde semble beaucoup moins obsédé par le smartphone que vous possédez ou la plate-forme de messagerie de votre choix. De nombreux lecteurs pourraient se demander en quoi consiste l’agitation d’iMessage et pourquoi ils continuent d’entendre parler d’une plate-forme qu’ils n’utilisent jamais. Bulles bleues et vertes expliquéesSi vous rattrapez juste votre retard sur la saga, l’application de messagerie par défaut d’Apple affiche des bulles bleues lors de l’envoi de textes, de photos et de vidéos à d’autres utilisateurs d’iMessage. Ces messages utilisent le Wi-Fi ou des données mobiles, mais sont par ailleurs libres d’envoyer et de recevoir. L’application affiche des bulles vertes lors de la communication avec des utilisateurs non-iMessage, tels que les téléphones Android, revenant aux SMS/MMS pour le texte, les images, etc. Les SMS sont régulièrement illimités sur les forfaits américains et européens, ce n’est pas une évidence dans le monde entier. Ainsi, certains clients iPhone peuvent avoir à payer pour envoyer un message à leurs amis Android. Selon les limites des opérateurs, les supports peuvent également être compressés lorsqu’ils sont envoyés sous forme de MMS. Plus de lecture : N’oubliez pas — Une bulle verte sur un iPhone est une communication personiMessage à iMessage présente également d’autres avantages. Les messages sont cryptés et l’application affiche également des notifications de lecture et de saisie. En d’autres termes, les utilisateurs d’iMessage à bulles bleues bénéficient de fonctionnalités que vous pourriez reconnaître de WhatsApp et d’autres services, contrairement aux bulles vertes. Bien qu’inoffensif en soi, ce manque de parité des fonctionnalités a conduit certains utilisateurs d’iPhone à stigmatiser leurs contacts à bulle verte. Où iMessage s’intègre-t-il dans l’ensemble ?Pour mettre la discussion dans une certaine perspective, iMessage est loin d’être l’application de messagerie la plus utilisée à l’échelle mondiale. Ce titre appartient à Whatsapp, avec quelque 2 milliards d’utilisateurs mondiaux actifs par mois en octobre 2021, selon Statista. Suivi par Facebook Messenger (1,3 milliard) et WeChat (1,2 milliard), puis QQ (591 millions), Telegram (550 millions) et Snapchat (538 millions). Malheureusement, il n’existe aucune donnée comparative pour iMessage. Certaines estimations suggèrent près de 1,3 milliard d’utilisateurs, mais comme iMessage est l’application SMS par défaut de l’iPhone, tout utilisateur qui reçoit un message texte ou tout simplement un vieux spam pourrait être compté parmi ces chiffres. Les tendances régionales de novembre 2021 confirment une gamme diversifiée d’applications de messagerie dans utiliser dans le monde entier. WhatsApp revendique le plus d’utilisation dans 53 pays, couvrant l’Europe, l’Inde et l’Amérique du Sud. WeChat est la plate-forme de choix en Chine, Viber est particulièrement populaire en Bulgarie, en Grèce et en Ukraine, et Telegram est largement utilisé en Argentine, en Israël et en Espagne. Facebook Messenger est peut-être la plate-forme américaine la plus populaire aujourd’hui, mais la génération Z gravite vers l’exclusivité iPhone. Même aux États-Unis, patrie de l’iPhone, Facebook Messenger est l’application de messagerie la plus populaire. Selon une enquête distincte de juin 2020, 32 % des adultes américains utilisaient Facebook Messenger, 20 % utilisaient Instagram, 17 % iMessage et 12 % Whatsapp. Les applications mondiales populaires telles que WeChat, Viber et Telegram ont à peine enregistré 2% chacune, dressant un tableau assez différent des habitudes de messagerie par rapport au reste du monde. Mais même aux États-Unis, iMessage n’est pas l’application la plus populaire dans la population générale. Du moins pas encore. Les données révèlent que les applications de messagerie indépendantes de la plate-forme sont privilégiées lorsqu’on examine à la fois des images centrées sur les États-Unis et mondiales. Alors, d’où vient cette obsession pour iMessage ? iMessage – un phénomène adolescent américainDhruv Bhutani / Android AuthorityLa clé pour comprendre le phénomène de la bulle verte se trouve dans une enquête menée par Consumer Intelligence Research Partners. La recherche met en évidence une croissance énorme des ventes récentes d’iPhone aux États-Unis dans la tranche d’âge des 18-24 ans. L’adoption de l’iPhone de la génération Z est passée de 47% en 2018 à 74% en 2021, tandis que la propriété a légèrement culminé de 34% à 40% au cours de la même période pour les plus de 24 ans. Une recherche interne d’Apple affirme que les utilisateurs d’iPhone utilisent principalement iMessage (85% des utilisateurs) et ainsi la base d’utilisateurs américains d’iMessage continue de croître. Surtout dans les groupes d’âge plus jeunes et avec elle la pression de continuer à utiliser la même plate-forme que leurs pairs. Avec une croissance aussi rapide due, en partie, au statut social associé à l’utilisation d’iMessage, Apple est justifié dans sa décision de garder son service de messagerie exclusif . Le vice-président senior des logiciels et des services d’Apple, Eddy Cue, souhaitait amener iMessage sur Android en 2013, mais s’est vu opposer son veto par d’autres dirigeants. Apple ne voulait pas céder l’un de ses arguments de vente uniques. Laisser Apple libre de conquérir une génération entière du marché américain est un risque énorme pour ses concurrents. L’explosion d’une jeune base d’utilisateurs américains est susceptible de se transformer en fidélité à la marque qui pourrait durer toute une vie. Même si les iPhones et iMessage ne sont pas les plus grands acteurs à l’échelle mondiale, cela devrait concerner des sociétés rivales comme Google, Samsung et l’industrie technologique dans son ensemble. Pour commencer, ils risquent de perdre une génération d’entreprises américaines lucratives. Et pas seulement dans l’espace des smartphones, la fidélité à la marque Apple s’étend désormais aux marchés des PC, de l’audio/musique, de la télévision et de la maison intelligente. Ces segments de produits pourraient bientôt être victimes de l’attrait du statut plutôt que de la compétence technologique classique. De plus, l’importance et l’influence de la perception de la marque sur l’image globale ne peuvent être sous-estimées. Les marques et les tendances qui fleurissent aux États-Unis ont l’habitude de se frayer un chemin vers l’Europe et les régions au-delà. Actuellement, Android détient une part de marché mondiale de 73 %, atteignant des sommets de 88 % en Afrique du Sud, mais atteignant seulement 40 % aux États-Unis et en baisse. Il ne s’agit pas seulement d’applications de messagerie, il existe un écart croissant entre les États-Unis et le reste du monde en ce qui concerne les systèmes d’exploitation mobiles et de bureau, les tablettes et l’utilisation de la maison intelligente. Les exemples américains penchent souvent vers le camp d’Apple. Laisser Apple sans contrôle pour capturer une génération entière du marché américain est un risque énorme pour les entreprises, même celles qui connaissent actuellement du succès dans d’autres régions. Solutions pour mettre fin à l’intimidation de la bulle verteRobert Triggs / Autorité AndroidRevenant à la nature d’iMessage, l’un des aspects les plus intéressants du phénomène de la bulle verte est qu’il importe peu que les fonctionnalités d’iMessage puissent être trouvées ailleurs. Ce sont plutôt les perceptions sociales de l’exclusivité technologique délibérément organisée et la différence perçue qui en résulte entre ces bulles bleues et vertes qui sont à l’origine du problème. Encourager Google à mettre en place une application Android concurrente ne résoudrait pas le problème, même si l’entreprise n’avait pas déjà un bilan désastreux dans ce domaine au cours de la dernière décennie. En fait, vous trouverez les mêmes fonctionnalités, souvent plus avancées, disponibles sur les plateformes de messagerie Internet tierces déjà utilisées dans le monde. Google préconise plutôt qu’Apple prenne en charge la messagerie RCS au lieu des fonctionnalités SMS de base lors de la communication avec les utilisateurs d’Android. Le RCS aiderait à produire la parité entre les bulles bleues et vertes, car il prend en charge les indicateurs de frappe, les reçus de lecture et de nombreuses autres fonctionnalités actuellement absentes de la bulle verte hoi polloi. Bien que RCS ne soit pas une solution globale complète, car il dépend de la prise en charge de l’opérateur et du combiné. Alternativement, persuader Apple d’apporter iMessage à Android fonctionnerait. Mais cela semble peu probable compte tenu des commentaires historiques de la société et de ce qu’elle a à gagner de l’exclusivité d’iMessage. Voir aussi : Comment activer la messagerie RCS sur votre téléphone Google prétend qu’Apple freine l’innovation en ne prenant pas en charge les dernières fonctionnalités de messagerie. C’est une critique juste et des plaintes similaires pourraient être formulées à propos du support obstiné d’Apple pour le connecteur Lightning. Cependant, contrairement à ce dernier, il est peu probable que Apple soit soumis à un examen juridique pour comportement anticoncurrentiel concernant iMessage. Au lieu de cela, pour l’instant, la seule option semble être de demander à Apple de bien jouer. commentaires



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *